Que léguerons-nous à nos enfants ?

Ugo Bienvenu
imagine un monde où la mémoire numérique sature et où la culture disparait par manque de place.
Succédant à Moi ce que j'aime c'est les monstres, Préférence système, dystopie réaliste aux résonances actuelles qui fait froid dans le dos, est sacré à son tour Grand Prix 2020 de l’ACBD.

Dans un futur proche, il est devenu impossible de stocker tous les datas produits quotidiennement par les humains. Pour remédier à ce problème, des agents sont chargés de supprimer ce qui n’est plus nécessaire, c’est-à-dire ce qui ne fait plus d’audience. L’agent Yves ne peut se résoudre à détruire certains livres, films, chansons ou poèmes, qu’il sauvegarde clandestinement pour les protéger de l’oubli. Il les stocke dans la mémoire de Mikki, son robot domestique.

Avec une esthétique rétro pop art, très froide, en parfaite adéquation avec l’histoire, Ugo Bienvenu réalise un album qui porte réflexion sur la mémoire et la transmission, tout en étant une ode à la création artistique et un thriller qui nous tient en haleine jusqu’à la fin. Quels critères peuvent définir ce qui doit être préservé ou détruit ? Que lègue-t-on aux générations futures ?
Captivant, inquiétant et pertinent, l’album provoque aussi l’émotion.

Voir une planche

In Moonlight Black Boys Look Blue

 

 

moonlight1 Adapté d'une pièce de théâtre de Tarell Alvin McCraney, Moonlight, le deuxième film de Barry Jenkins, évoque en trois temps la vie de Chiron, un afro-américain dans un quartier pauvre de Miami et la découverte de son homosexualité. 

Enfant, élevé par une mère junkie et martyrisé à l'école, il rencontre Juan (le fournisseur de crack de sa mère) qu'il voit pourtant comme un père de substitution. A la mort de ce dernier seul Kevin son camarade lui offre son amitié.

Adolescent, il subit sans rien dire le harcèlement quotidien d'une bande de sa classe qui pousse Kevin à le frapper mettant à mal les sentiments naissants qu'il éprouvait à son égard. Furieux et et désireux de se venger il abat une chaise sur le meneur, et part en détention.
On le retrouve dix ans plus tard à sa sortie de prison. Métamorphosé physiquement, devenu dealer, il retrouve sa mère puis Kevin.

Les trois comédiens filmés à fleur de peau incarnent avec brio, les souf rances et la sensibilité de Chiron. Barry Jenkins emprunte les codes du film de genre pour mieux les casser, dépeint les personnages avec délicatesse et nuance ; sa mère, les dealers sont directement inspirés de son histoire personnelle. Le choix de la bande-son variant du hip hop au classique souligne les moments violents ou romantiques, voire lyriques. Un film limpide et lumineux.

Le prix de la liberté.

Jack Burns est un cowboy anachronique des années 50. Parce qu’il est réfractaire aux règles de la société moderne, il devient la cible des autorités au cours d’une traque sans pitié.
Max de Radiguès et Hugo Piette signent avec Seuls sont les indomptés une adaptation réussie du roman éponyme d’Edward Abbey, écrivain écologiste radical.
Une véritable ode à la liberté sublimée par un texte épuré et une belle maîtrise des atmosphères.

Jack Burns, cavalier solitaire parcourant les plaines arides du Nouveau-Mexique, dormant à la belle étoile et vivant de petits boulots, a tout du cow-boy cher à notre imaginaire. Sauf qu’il vit au milieu des années 50… Quand il apprend que son ami Paul vient d’être incarcéré car il est objecteur de conscience, il décide de l’aider à sortir de prison. Les forces de police vont tout mettre en œuvre pour l’appréhender lors d’une impitoyable chasse à l’homme qui vire à l’acharnement absurde. Il faut abattre cet insoumis qui remet en question les bases de ce pays, grand défenseur des libertés individuelles…

Cet album aux allures de western est une ode à la liberté, à l’insoumission, au refus du monde moderne et une critique de l’Amérique et de ses immenses contradictions. L'histoire de cet indompté refusant les codes de la société n’a pas pris une ride tant ses thématiques résonnent encore de nos jours.

Le texte très épuré, empreint de nostalgie, laisse très souvent la place aux images, se focalisant sur des détails qui disent tout, et joue avec brio des alternances de scènes d’action et de scènes contemplatives. Le dessin est également très épuré et le travail sur les couleurs chaudes est magnifique.

Une histoire dont on en ressort KO, et un livre à découvrir ou à redécouvrir.

Voir une planche

Une imagination sans limites.

Quand Petit Pierre naît en 1909, il est atteint du syndrome de Treacher Collins. Bossu, sourd et quasiment muet, on lui prédit une mort jeune. Il survit pourtant jusqu’à l’âge de 83 ans et développe même des facultés stupéfiantes.
Petit Pierre, une jolie biographie romancée de la vie d'un artiste de l'art brut, par Florence Lebonvallet et Daniel Casanave.

Né dans le Loiret, Pierre Avezard, dit Petit Pierre, ne partait avec les meilleures cartes en main. Son handicap lui vaut des moqueries à l’école puis des garçons de ferme avec qu’il travaillait. Rêveur et poète, il aime se réfugier dans son monde. Depuis tout petit, il récupère toutes sortes d’objets pour les assembler selon son imagination, créant des formes de plus en plus complexes jusqu’à construire un fabuleux univers de manèges et d’automates qui va attirer la France entière et devenir un chef d’œuvre de l'art brut.

Porté par le dessin naïf et coloré de Daniel Casanave, le récit de ce parcours hors du commun est poétique, délicat et drôle. Les auteurs nous offrent une belle immersion dans le monde attachant et touchant de Petit Pierre.

Voir une planche