Que d'émotions nous envahissent à la lecture de ces Souvenirs d'enfance  accompagnés de tableaux aux couleurs si chaudes et si gaies !

Franck Ayroles, peintre, sculpteur et photographe deux-sévriens présente une sélection de ses tableaux, illustrés d'une cinquantaine de textes (dont sept deux-sévriens) lauréats d'un concours d'écriture sur le thème des "souvenirs d'enfance".

La famille, sujet cher au cœur de l'auteur (d'autant qu'il a perdu très tôt ses parents), tient une place importante dans cet ouvrage où les textes choisis nous font à la fois rire et pleurer, nous ramenant à notre propre enfance.

Ses œuvres ont pour thème central la femme, mélant harmonieusement volumes et couleurs, courbes et symétries, poésie et quotidien.

La vente de ce magnifique ouvrage est au profit de l'AMREF Flying Doctors (Association pour la Médecine et la Recherche en Afrique) et aidera des sages-femmes dans leur lutte contre la mortalité des femmes en couche.

Dans Kilomètre zéro, la distance parcourue à travers les campagnes et les villes réussira-t-elle à réduire celle qui sépare un père de son fils ?

Benjamin, 12 ans, dont les parents sont divorcés, part l'été 3 semaines en randonnée avec son père. L'idée de se retrouver seul avec lui ne l'enchante guère mais il n'a pas le choix.

Peu à peu, ils vont apprendre à se découvrir, à s'accepter, à partager des moments de complicité dans l'épreuve de la marche et au fil des rencontres. Kilomètre après kilomètre, ils se rapprochent et ces vacances pas ordinaires vont leur permettre de retrouver le chemin du dialogue.

Ce roman de Vincent Cuvellier est écrit à la première personne. C'est Benjamin qui raconte, livrant aux lecteurs ses sentiments d'exaspération, ses doutes, ses rancoeurs mais aussi, petit à petit, ses joies et ses plaisirs tout au long de cette randonnée de plus de 300 km à travers la France.

Un récit plein de tendresse et d'optimisme.

Dialogue poignant, à la fois dur et tendre qui cherche à trouver une vérité.

Le 11 février 2014, Nour 20 ans, dont le prénom signifie lumière en arabe est partie pour Falloudja, en Irak, rejoindre son "mari" qu'elle a connu sur Internet.
Son père, spécialiste à la fois de philosophie et de science des religions, est terrassé par l'angoisse et s'interroge : Nour, pourquoi n'ai-je rien vu venir ?

Soucieuse de le rassurer, sa fille parvient à lui transmettre une missive dans laquelle elle décrit sa nouvelle vie et le projet qui la porte : " libérer l'Irak ".

Les questions que Nour lance à son père, "brillant universitaire" résonnent comme une provocation dans sa foi et dans ses convictions philosophiques, un cri lancé à notre siècle.

Les lettres fictives entre un père et sa fille, imaginées par l'islamologue Rachid Benzine, rendent compte de la complexité et de la force des motivations de ces jeunes du monde entier, exaltés au point de vouloir mourir pour leur croyance.

Après les attentats parisiens de 2015, en proie à la douleur et à l'incompréhension, l'auteur questionne la modernité et l'archaïsme, la barbarie et la civilisation.

  • Facebook Like Button
  • Twitter Tweet Button
  • Google Plus One Button

uneviesimpleUne belle personne.

Ah Tao travaille depuis longtemps pour la famille Leung dont tous les membres ont émigré aux Etats-Unis. Ne reste que Roger, quarantenaire et accro au travail. Ah Tao partage avec attention son quotidien jusqu'au jour où, terrassée part une attaque, elle s'effondre.

Polar incendiaire où règnent suspicion et règlements de comptes !

Alors qu'une Canicule sans précédent accable Kiewarra, petite communauté rurale dans le sud-est de l'Australie, les corps sans vie de Karen Hadler et de son fils Billy sont retrouvés dans la ferme familiale, ainsi que celui de Luke, à trois kilomètres de là.

Luke aurait-t-il massacré sa femme et son fils avant de se donner la mort ?

Seuls, ses parents sont convaincus du contraire et demandent à Aaron Falk, ami d'enfance de leur fils et policier financier à Melbourne d'enquêter lors de son retour à Kiewarra pour l'enterrement.
Mais la culpabilité apparente de Luke remet au goût du jour une ancienne affaire non élucidée...

Ce premier roman de la journaliste anglaise, Jane Harper, est captivant tant par la qualité de son suspens que par les deux intrigues entremêlées entre passé et présent. Les personnages sont très " humains ", à la psychologie complexe.

On suit les tâtonnements de l'enquête dans une ambiance caniculaire très pesante, les hésitations du personnage principal obligé de se confronter à son passé, les risques qu'il prend en restant...

Á l'écoute des femmes et de leur intimité profonde.

Une brillante interne en médecine découvre auprès d'un patricien aux méthodes peu courantes, une nouvelle conception de la gynécologie, plus humaine et bienveillante. Il va chambouler sa vision du métier et sa propre vie.

Le chœur des femmes, d'Aude Mermilliod, d'après le roman éponyme de Martin Winckler, est un beau plaidoyer pour faire évoluer la mentalité déshumanisée du corps médical. Cette adaptation forte et touchante est une vraie réussite.

 

Pour finir son internat, Jean doit faire un stage en soins gynécologiques dans le service du Dr Karma dont la réputation a tout pour lui déplaire. Cela ne l'enchante guère, car elle veut surtout faire de la chirurgie et non écouter des femmes parler de leur intimité. Au fil des jours, en découvrant le chœur de ces femmes, son arrogance disparaît, sa vision de la médecine change, et elle finit par se découvrir elle-même.

Le lecteur pénètre dans l'intimité profonde des patientes, tout en suivant Jean et le Dr Karma. Le médecin prône une médecine plus humaine, l'écoute et le respect de leurs choix. L'album est aussi une histoire de transmission et le récit initiatique d'une femme aux multiples fêlures qui affronte ses doutes, ses faiblesses et ses peurs.

Un album touchant, sensible, au trait très expressif, parsemé de petites touches d'humour, où les corps sont dessinés avec pudeur et délicatesse.

 

Mais qu'est-ce que la surface de réparation... Une zone où tout se joue ?

Ce roman d'Alain Gillot, ancien journaliste passionné de sport, met en scène un garçon de 13 ans atteint du syndrome d'Asperger (forme légère d'autisme) et son oncle, entraîneur de football d'une équipe d'adolescents.

Ce célibataire à la vie monotone va s'ouvrir aux autres, à sa famille, grâce à la rencontre avec son neveu dont sa sœur lui confie la charge.On ne peut rester insensible à la relation qui s'instaure entre eux. La façon dont le jeune Léonard, obsédé par les règles, surdoué des échecs, théorise le foot est assez fascinante. Nous découvrons ce sport sous un autre angle ! La surface de réparation est  un roman touchant et attachant, même si le rythme est un peu cassé au retour de la sœur.

 

Le compte à rebours a commencé. Dans soixante jours, il entre en sixième et il a peur.
Sa mère n'a rien trouvé de mieux que de lui présenter Francis, un voisin de quatorze ans, pour le rassurer. Sauf qu'au lieu de dédramatiser, il en rajoute !

Tout cela, sous l'oeil de la petite sœur de deux ans et demi qui fait un usage de la langue bien à elle.
David Lescot, auteur, metteur en scène et musicien, décrit avec force drôlerie, et en puisant dans le vocabulaire ado, la peur d'un garçon de dix ans et demi qui va entrer en sixième.
Petit ou grand, on pleure de rire jusqu'au jour fatidique.
Un moment intense à partager dans J'ai trop peur.